Saisissez l’insaisissable – la finale

anim-flash

8h30, Toulouse s’éveille et les silhouettes des 4 finalistes du concours Papillon font leur apparition dans le hall du restaurant de Michel Sarran. L’ambiance s’apparente davantage à une grande maison bourgeoise qu’à un restaurant, une parenthèse douillette au cœur de la ville. L’aventure commence à l’étage autour d’un bon café.

Mais comment vous raconter ce que nous avons vécu ? Comment retranscrire ce moment de partage sans le dénaturer ? Il nous faut forcément trouver les mots justes pour que vous n’en perdiez pas une miette.

Finalement cette journée s’apparente sous bien des aspects à une bonne recette de cuisine. Si la rencontre entre tous les ingrédients fonctionne alors la magie s’opère.
Et justement, cette matinée fut rythmée de rencontres. La première est évidemment celle avec les bloggueurs : de toute évidence nous sommes face à 4 véritables personnalités, 4 personnages hauts en couleur, amoureux de la gastronomie et passionnés des petits plaisirs de la vie.
Les bloggueurs, eux, se connaissent déjà. Ils nous racontent avec plaisir, leurs précédentes rencontres, qu’elles soient virtuelles, à travers leurs blogs respectifs ou réelles par l’intermédiaire des salons organisés par la communauté 750g. Chacun se connaît, chacun avoue son admiration pour le talent de ses adversaires d’un jour. La compétition est là, bien-sûr, mais elle est vite rattrapée par la convivialité ambiante et l’amour de la cuisine.

Vient ensuite la rencontre avec Michel Sarran et les initiateurs du concours : Marie Farines et Walter Muller des Fromageries Papillon. C’est avec enthousiasme et curiosité qu’ils accueillent les 4 finalistes.

9h sonne, « il va falloir y aller » entonne Michel Sarran. Et c’est bien connu, dans une cuisine, on ne discute pas les ordres du chef. Une pointe d’appréhension envahit tout à coup la petite salle cosy du déjeuner… mais pas le temps d’y penser, il est l’heure de se mettre aux fourneaux.

Nos 4 chefs en herbe doivent désormais se mesurer à l’intimidante cuisine du chef étoilé.
Emmanuel, Mamina, Silvia et Pierre se mêlent à la brigade du chef cuisinier. Ils n’ont que peu de temps pour s’adapter au rythme des professionnels qui entourent le chef Sarran. Une fois leur tablier griffé Roquefort Papillon enfilé ils commencent doucement à prendre leurs marques au milieu de l’agitation ambiante. Mamina se tourne vers moi « c’est plus difficile qu’à la maison, on n’a plus nos repères ».
L’ambiance est studieuse du côté des messieurs qui s’affairent méticuleusement à leur tâche. Du côté des dames, les discussions vont bon train et des éclats de rires fusent ici et là. Mais il est vite temps de se re-concentrer, il ne leur reste plus qu’une heure et demi pour concocter leur plat, et pas une minute de plus.

10h30, le temps imparti est terminé. Emmanuel est le premier à se lancer. Il gravit à toute hâte les marches de l’escalier qui le sépare du jury. Une fois le plat déposé sur la table ronde, nous l’écoutons nous parler de son plat, de son idée, de son invention.
Première bouchée et la texture aérienne de son Roquefort Papillon présenté comme un oeuf nous emporte avec elle. Des sourires naissent au coin des lèvres de chacun.
Mamina lui succède et nous offre sa pana cotta roquefort et compotée de figues, un petit délice sucré-salé. La perfection de la pana cotta, justement dosée en roquefort et le fondant des figues chavirent nos papilles.
Entre ensuite Silvia et son « petit » accent italien. Son plat, les poires surprises panées au roquefort Papillon, porte doublement bien son nom. Surprise, par cette panure qui enrobe la poire et lui donne un insolite croustillant.
Le bal des dégustations se clôt avec l’arrivée de Pierre et sa pana cotta de roquefort Papillon, neige de vin et émulsion de pain grillé. Un plat à la fois surprenant et inédit par sa présentation et sa technicité. En effet, Pierre nous avoue que son idée était tout simplement de revisiter un grand classique « le pain, le vin, le roquefort ».
Un bon point pour lui car ce sont ces valeurs – authenticité et simplicité – que le Roquefort Papillon revendique.

11h, le jury délibère. Les discussions se font plus animées. On compare, on vote, on juge, on défend, on goûte et re-goûte mais le choix est toujours aussi ardu. Et pourtant il faut bien en faire un, c’est la dure loi des compétitions.

15

 

11h30, tout le monde se réuni dans la grande salle du restaurant.
Michel Sarran prend la parole, remercie et félicite longuement les bloggueurs pour leur travail, leur imagination et leur audace. Il leur confie la difficulté que le jury a rencontré pour sélectionner une seule et unique recette. « Le niveau était vraiment bon » ajoute-t’il avant de laisser la parole à Marie Farine, Présidente de Roquefort Papillon. Le suspense et l’attente prennent fin lorsqu’elle annonce qu’après de nombreux échanges : c’est Emmanuel et son Roquefort Papillon présenté comme un cocon qui remportent le trophée.

Suivent de grandes félicitations et une ribambelle de photos qui permettront à notre vainqueur ainsi qu’à nos 3 finalistes de se remémorer cette belle journée culinaire.

 

18

 

Nous espérons qu’ils ont pris autant de plaisir à participer, que nous en avons eu à les recevoir. Merci pour votre talent, merci pour vos sourires et pour votre générosité.

 

1

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.